Il est des aimes comme émoi, comme toi qui comment qu’avec des aimes ne rimes et ne miment pas ni qui mine de rien qui de nous ne valent rien juste le plaisir de coucher mots à mots ces rimes qui n’en sont point d’exclamation et qui souvent interrogent ce vent qui souffle sur mon cou nu et qui de chaleur estivale ne se satisfait plus de ton absence parce que te toi je n’aime que la présence ta peau ton corps ta vie ton existence ton toi qui ne sera qu’un peu de moi quand de nous l’émoi nous emplit de cette étreinte chère à nos chair et qui dans un élan pur va vers ces horizons que seul nous partageons dans ces instants rares et si beau qu’ils ne font qu’un l’instant est roi parfois même si je reste coi et quoiqu'il en soit c’est de toi que ses aimes sont venus et que même mes délires d’âmes n’y feront rien il aime et qu’ils s’aiment qu’ils sèment au vent cet instant ce moment de rien qui ne fera que rien plus rien ne sera dorénavant comme avant.

emoi
Retour à l'accueil