Même si en définitive je ne te connais que très peu,
Je me suis permis de faire cette missive, ce pneu
Un billet, une dépêche, une pensée, un poil à gratter
Pour décrire Lisa, notre madame oiselle enchantée
Je zapperai volontairement la période givordine
Ne te connaissant point dans l’agence où tu pris racine
Pleins de compliments d’éloges me viennent en tête
Que ne démentira certes pas le meilleur des esthètes
Avec tes acolytes et non moins collègues Fred et Cyrille
Qui sont éblouis par toi tellement au soleil tu brilles
Tu vas prendre avec eux l’air pur de la zone artisanale
Sur un parking disgracieux et peu herbeux de St Genis Laval
Te remplir les poumons de cette bonne cigarette
Et quand tu remontes tu as toujours l’air si honnête
Tu as su résisté aux goujateries et autres sévices
De tes collègues dans ce parc merveilleux d’Inopolis
Mais ne résumons pas la carrière de Lisa à ses pauses
Elle sait de quoi elle parle, parce que souvent elle cause
De bio, de marché durable, de circuit court et halle fermière
Avec sa panoplie de vêtements venant d’un pays tiers
Mais toujours bien sapé pas comme une maraîchère
Un style toujours décontracté beau chic et pas cher
Accessoirement, elle écrit dans le Progrès journal régional
Quelques lignes bien senties des brèves pas banales
Elle sait aussi s’emporter auprès de correspondants
Qui garderons un souvenir un tout petit peu moins charmant
Elle booste les correspondants comme nul ne sait faire
Encore que Damien à celui d’Irigny s’est inspiré de son air
Lisa avec ou sans chaise est assise à sa table
A sa main une plume aimable un style inimitable
Mais qu’importe son style sa prose et ses inspirations
De Lisa nous restera son sourire et ses inclinaisons
Pour le thé qu’elle ne prend pas qu’à la menthe
Ni café ni excitant elle a choisi la bonne pente
Toi la princesse de l’agence, la touche féminine
Tu resteras à jamais notre petite sœur bien câline
Et au nom de tous, je te souhaite une longue carrière
Et surtout que les journalistes soient désormais confrères
Cela même qui vont t’obliger désormais à nous imiter
Alors que toi tu es inimitable, reste comme tu es.

lisa
Retour à l'accueil